jeudi 7 janvier 2021

Solitude

La solitude a de multiples visages. 

Il y a celle que l'on ressent même au milieu d'une foule, ou bien celle qui peut rendre momentanément folle ou fou, ou encore celle qui fait du bien, celle qui devient notre alliée face au tumulte de la vie.

La solitude peut être d'une cruauté infinie, mais elle peut aussi être superbe.

Et il nous faut bien sûr faire la différence entre la solitude choisie et celle qui est imposée. Et parfois aussi, celle que l'on s'impose à soi-même... 

Je n'ai pas choisi ce thème de la solitude par hasard bien entendu, mais plutôt parce-que j'ai constaté qu'il avait été présent dans plusieurs de mes lectures de l'année passée (dont une partie s'est déroulée, pour celles et ceux qui ne le savent pas déjà, dans un chalet isolé en forêt. C'était mon choix et ce fut merveilleux durant plusieurs mois, mais les dernières semaines ont été horriblement difficiles.) 

✏✏✏

Je souhaite mentionner en premier ''Là où chantent les écrevisses'' de Delia Owens.

Je choisis la couverture en anglais, car c'est la langue dans laquelle j'ai lu ce livre 
et aussi parce-qu'elle est très jolie je trouve.

Selon le principe de mémoire que j'ai décrit dans une précédente publication, voici de quoi parle ce livre: 

pour des raisons familiales, une enfant se retrouve à vivre seule dans un marais. Elle va apprendre à survivre, absolument seule, dans ce milieu hostile. Elle va aussi découvrir que l'hostilité provient bien plus souvent des hommes que de la nature elle-même. 

La façon dont elle découvre et apprivoise son milieu de vie est merveilleuse. 

J'ai moins aimé la seconde partie du livre lorsqu'elle revient à une vie plus ''civilisée'', publie un livre, etc... La partie dans le marais est ce qui fait le livre et cette seconde partie m'a semblé bien fade après les descriptions magiques des brumes et animaux de ce milieu au sein duquel la jeune enfant trouve réconfort. 

J'ai lu ce livre alors que je me trouvais dans le chalet et me rendais chaque jour dans les bois et près du lac. L'identification avec certaines scènes a été totale.

✏✏✏

Vers la fin de mon séjour au chalet, l'excellent livre de Gail Honeyman: ''Eleanor Oliphant is completely fine'' que j'avais lu quelques mois plus tôt m'est revenu en tête :   


Je ne dirai que très peu de choses de ce livre, car je ne voudrais pas priver ses futurs lecteurs de la prouesse qu'il représente. 

Toutefois, je tiens à signaler qu'il contient les lignes les plus tristes que j'ai jamais lues de toute mon existence. 

La scène au cours de laquelle Eleanor tente de remédier à sa solitude en fermant les yeux et en prenant l'une de ses propres mains dans son autre main pour ''sentir'' ce que cela fait lorsque quelqu'un nous tient la main vient encore me tirer des larmes aujourd'hui alors que j'écris ce billet.

C'est ce type de solitude que j'ai ressentie lors des derniers jours au chalet. Lieu qui a su me combler pendant tant de mois pourtant. Je crois juste que la solitude est indissociable d'un certain dosage qu'il faut savoir respecter.

✏✏✏

Enfin, le dernier titre que je souhaite mentionner est un livre que j'ai choisi pour son auteure Emma Hooper dont j'avais adoré le précédent livre: ''Etta and Otto and Russell and James.''


Celui-ci s'appelle ''Our homesick songs'' et conte l'histoire d'une famille d'insulaires qui voient peu à peu leur île se dépeupler et tentent de rester le plus longtemps possible sur place. Les parents partent à tour de rôle sur le continent. Les enfants tentent de tuer l'ennui et le personnage de la fille m'avait beaucoup touchée, car elle trouve refuge dans l'imagination et se rend dans les maisons vides pour y créer des décors de différents pays. C'est absolument fabuleux!
✏✏✏

Je ne souffre pas de la solitude ces derniers temps 
et cela m'apporte une paix que je savoure. 

Aussi, après un message que je constate très ego-centré, 
je tiens à ouvrir ici mon coeur 
à toutes celles et ceux qui se sentent seul(e)s. 

N'hésitez pas! Appelez-moi! Écrivez-moi! Dérangez-moi! 

💓💓💓

mercredi 23 septembre 2020

''D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds'' de Jon Kalman Stefansson.

La parution récente de son dernier livre : ''Lumière d'été, puis vient la nuit.'' est une invitation à parler de Jon Kalman Stefansson et de son roman que j'avais beaucoup beaucoup beaucoup aimé: ''D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds''.


Deux souvenirs très précis me reviennent à l'esprit lorsque je pense à ce roman.

Le premier est, bien sûr, la fin. Le coup de poing magistral. La baffe totalement inattendue.

Sans rien dévoiler, la révélation faite dans les dernières pages du livre nous renvoie à un triste constat. En effet, parfois, tellement absorbés par notre quotidien et nos propres petits malheurs, nous sommes totalement aveugles face à des événements majeurs qui se déroulent sous nos yeux.

→ Ce collègue qui est si fatigué, qui s'absente fréquemment et qui nous place dans une situation compliquée pour effectuer le travail requis, mais qui, secrètement, se bat contre la maladie sans rien en dire. Un peu d'attention pourtant nous permettrait de saisir ce qui se déroule, mais nous n'en faisons rien, pris dans le tumulte de la vie.

→ Ou bien, cette personne qui ne retourne jamais nos invitations, ne participe jamais aux pot-lucks et semble toujours hésiter lorsque l'on planifie une sortie au restaurant. Quel manque de sociabilité pensons-nous! Quand il s'agit parfois d'un problème financier tout simplement.

De retour au livre, ce que nous pensons et comprenons d'une situation se trouve parfois à des années lumière de la réalité. Tentons de ne pas juger trop vite.😉

***

Le second élément qui m'avait enchantée dans ce livre porté par une superbe écriture est le rythme auquel évoluent les personnages. La lenteur des processus. Le peu d'importance de l'histoire elle-même finalement en comparaison du développement intérieur des personnages. 

J'ai envie de comparer ce ''style'' à celui du génial réalisateur allemand Wim Wenders. 


Dans le livre qui lui est consacré par les éditions Ramsay Poche Cinéma, l'écrivain Jérôme Prieur écrit:
''Le récit, chez Wim Wenders, aime être disponible. Il prend son temps, sans avoir à justifier de son bon emploi, comme en état de flânerie qui n'empêcherait pas le travail, quel qu'il soit, qui est toujours à accomplir. Même souvent plus que ses héros, le récit sait s'attarder sur un geste, sur un morceau de Chuck Berry, sur un instant de passé qui revient, une rencontre, un regard, sur toute une vie racontée sans bien le savoir en quelques phrases. ''

Tout est dit! 😊



samedi 19 septembre 2020

Que reste-t-il?

De toutes ces pages lues, de tous ces personnages rencontrés au fil des pages, de toutes ces idées mises en mots, de toutes ces émotions éprouvées, que reste-t-il après quelque temps?

Un ami étudiant en littérature me questionnait tout récemment sur la raison d'être d'une lecture si celle-ci ne mène pas au minimum à une analyse pour soi-même et mieux encore à une recension, à un partage avec d'autres.

La réponse du simple plaisir, immédiat et souvent éphémère, toute épicurienne et satisfaisante soit-elle au premier abord laisse cependant un goût d'inachevé, une sensation d'incomplétude.

L'on sait aussi (pour l'avoir expérimenté à quelques reprises) que l'excès et le caractère systématique des ''critiques'' après lecture peut amoindrir et voire anéantir (temporairement!) le désir de lire et/ou d'écrire. Quoi de plus triste que cela?


Quelques-uns de mes livres dans mon ''Walden'' de Colombie-Britannique :)

Ce long préambule a pour objet d'introduire une nouvelle ''technique'' bloguesque consistant à parler des livres seulement quelques jours, semaines, mois après les avoir refermés.

Qu'en reste-t-il? Qu'avons-nous retenu? Quels sentiments demeurent? Quels sont les histoires qui subsistent? Quels mots font trace? Quelles situations? Quels concepts? Quelles émotions? Qui? Quoi?

A venir donc, des retours sur les livres qui ont traversé ma vie dernièrement. S'y sont-ils arrêtés? Pour quelques heures seulement ou pour l'éternité? L'exercice promet d'être intéressant! 😊


lundi 15 juin 2020

Et la lecture dans tout ça?!?!

La lecture a sa place sur ce blog comme elle a sa place dans ma vie.

Toutefois, je n’ai pas/plus le désir de parler de livres pour en partager leur contenu et les recommander chaleureusement ou, au contraire, mettre en garde les lecteurs contre leur manque d’intérêt à mes yeux.

Je veux parler ici désormais des livres et de leur influence sur ma vie. Et donc peut-être aussi sur la vôtre, vous qui passez par ici.

Pourquoi lisons-nous? Cette question a souvent sa place dans mes pensées car, parfois, je voudrais lire sans y parvenir et, d’autres fois, je lis avec une telle intensité que je néglige presque tout ce qui se déroule autour de moi.

Après quelques temps de réflexion, je suis parvenue à un embryon d’idée : les livres sont des arbres. (Et je ne parle pas ici du papier qui les constitue! 😀)


*Les livres sont partout présents, avec différentes densités. A l’image des forêts du monde.

*Les livres sont des passeurs d’histoires, comme le sont les arbres qui traversent les âges.

*On se rapproche d’un livre, comme on se rapproche d’un arbre,
parce qu’on souhaite profiter de lui, de son refuge, de sa nourriture, de son savoir;
ou parce qu’on veut simplement l’admirer;
ou encore parce-qu'il nous permet de nous évader, voire de fuir si l'on grimpe se cacher dans ses feuilles.

🌲🌳🌲🌳

Il y a donc des périodes riches en promenades en forêt, d'autres plus citadines et occupées; certains jours où l'on remarque à peine les arbres sur le bord de la route; mais aussi, à d'autres moments, des minutes précieuses passées à observer, sentir et écouter ces témoins du monde.

De leur côtés, les arbres/livres nous offrent une infinité d’espèces, de variétés, de formes et de couleurs.

Voici donc, il me semble, pourquoi on lit. Parce que l’on appartient au monde, on y vit. Tout simplement.

Il m’est arrivé de rencontrer des gens qui ne lisent pas du tout. Comme certaines personnes ne quittent jamais la ville. Ils se disent toutefois heureux et je les crois bien volontiers. Je ne peux cependant m’empêcher de penser qu’ils n’ont juste pas encore eu l’occasion de découvrir l’essence de leur existence.
 

mardi 26 mai 2020

#rebirth

Aujourd'hui, j'ai eu envie de revenir vers ce blog. 

Pour vous, peut-être, si vous passez par ici. 

Mais aussi et surtout pour moi. J'assume pleinement l'égoïsme de cette démarche. 😊

Je ressens le besoin d'un endroit où déposer des traces, des souvenirs, ce qui me tient à cœur.

C'est donc plus un journal que je démarre aujourd'hui. Le contenu publié sera donc moins ''filtré'' qu'auparavant. Je pense que c'est important de le dire. 

La vie est faite de hauts et de bas et ce sont ces mouvements qui nous rendent pleinement vivants.  C'est cette aventure humaine que je souhaite partager ici désormais.

Et parce-que chacun(e) d'entre nous ne devrait jamais douter de soi au point de penser à volontairement quitter ce monde, je prends ce nouveau départ accompagnée de Bonnie Prince Billy:

I am a mountain

I am a tall tree, oh
I am a swift wind sweeping the country
I am a river down in the valley, oh
I am a vision and I can see clearly

If anybody asks you who I am
Just stand up tall
Look 'em in the face and say

I am a giant
I am an eagle, oh
I am a lion
Down in the jungle
I am a marching band
I am the people, oh
I am a helping hand
I am a hero

If anybody asks you who I am
Just stand up tall
Look 'em in the face and say

I'm that mountain peak up high
I'm that star up in the sky
Hey, I made it
I'm the world's greatest
I'm that little bit of hope
With my back against the ropes
I can feel it
I'm the world's greatest


💗

samedi 22 juin 2019

Boucler la boucle

En mettant fin à l'aventure du blog, une seule chose me turlupinait: je n'avais pas terminé ma ligne du Petit Bac. 

Comme cela me restait en tête, j'ai choisi mes deux dernières lectures dans le but de "boucler cette boucle" et cela a été l'occasion de deux merveilleuses lectures.

Je n'écrirai pas de billets, mais je tenais toutefois à les partager ici.

Il s'agit, pour la colonne LECTURE, du roman de Paul Auster: Le livre des illusions.



J'ai énormément aimé ce livre dont j'ai adoré l'écriture et le ton. Les thèmes entremêlés du cinéma, de la littérature et de l'amour ne pouvaient que me séduire. La fin ouverte de ce livre aux allures de scénario de film est superbe. Un grand moment de lecture donc avec mon premier Paul Auster.



Puis, pour la colonne COULEUR, je me suis tourné vers Michel Bussi et ses Nymphéas noirs.




Là encore, ce fut une formidable lecture. Il s'agit d'un roman policier dont l'action se déroule à Giverny. Un véritable page-turner en ce qui me concerne. 

Au cours de l'histoire, un organisme fictionnel est évoqué: la Fondation Robinson dont le slogan en 3P est Prospection, Protection, Promotion.

Je reprends à mon compte ces 3P et les adapte pour résumer ma lecture: Peinture, Polar et Prouesse littéraire (je ne dirai rien de cette dernière, car ce serait dommage de vendre la mèche).

Voici donc, toute belle, toute complète, ma première (et dernière!) ligne pour le




COULEUR 
Les Nymphéas NOIRS de Michel Bussi
PARTIE DU CORPS 
CANINES d'Anne Wiazemsky
LECTURE
Le LIVRE des illusions de Paul Auster

dimanche 5 mai 2019

La petite cloche au son grêle de Paul Vacca

Vous aurez peut-être remarqué que ma présence par ici se fait de plus en plus irrégulière et que, même lorsque je passe par ici, mes billets sont de plus en plus courts et creux. 

Je pensais que cela venait du fait que j'avais du mal à lire, mais en fait pas du tout. J'aime toujours autant lire. C'est bloguer qui me pèse désormais.

Du coup, j'ai été faire un tour du côté des statistiques et il semblerait que vous soyez une vingtaine à passer ici quotidiennement. A vous donc, inconnues et inconnus ou peut-être connues et connus simplement discrètes et discrets, j'adresse toutes mes excuses: le coeur n'y est tout simplement plus. 

Parlant de coeur, c'est avec un merveilleux COUP DE COEUR que l'aventure se termine (ou pour le moins se met en pause pour une durée indéterminée). 


Ce livre de Paul Vacca déniché (encore une fois! 😊) chez Suzanne est un bijoux. 

On rit, on pleure, on se souvient, on respire le parfum des fleurs, on parle de Proust, on aime, on échange tendresse et complicité, on réalise des rêves et on savoure la vie malgré tous les obstacles qu'elle présente et les empêcheurs de tourner en rond qui ne manquent pas de se présenter de temps en temps.

Une Madeleine...

Une petite cloche au son grêle...

Et... le challenge du petit bac d'Enna qui a été la première blogueuse à qui j'ai "parlé" il y a quelques années et avec qui je termine mon passage sur la blogo. 

Cette formidable lecture vient en effet remplir la colonne OBJET de ma première  ligne du désormais célèbre 



(il me reste deux titres à trouver pour compléter cette première ligne... 
Je les mentionnerai ici peut-être, ou alors seulement sur le blog d'Enna)  


CIAO! 😊