dimanche 24 décembre 2017

MERCI D'ÊTRE LÀ!

Un mini-message pour vous remercier du fond du coeur de vos visites par ici !

Vous comptez énormément pour moi 
et j'espère que mes bafouilles diverses et variées 
vous apportent un petit quelque chose !

À tout bientôt ! 😊


mardi 19 décembre 2017

Le vase où meurt cette verveine de Frédérique Martin

En refermant le livre de Frédérique Martin, j'ai du mal à me souvenir du moment où j'écrivais ces quelques lignes ci-dessous :


Les années qui s'accumulent sont au coeur du livre de Frédérique Martin que je lis actuellement.


Joseph et Zika, après des années de vie commune, sont séparés. L'un part chez leur fils, l'autre chez leur fille. Ils s'écrivent, se racontent, se souviennent, s'accompagnent, continuent de s'aimer. 

Au fil de ma lecture, je passe par différentes émotions allant d'une forme d'ennui parfois (devant certains détails relatés) à une véritable émotion (face à une tendresse pure et sincère) en passant aussi par des moments-miroir où je me questionne sur ma propre relation au temps qui passe. 

Quel sentiment l'emportera en fin de lecture? On verra.


Ces quelques paragraphes ont assurément été rédigés avant d'attaquer le dernier tiers du livre qui me laisse pratiquement sans voix.

Le seul conseil que je souhaite donner ici est le suivant : ne lisez pas ce livre avant les fêtes et encore moins pendant !

Effectivement, à quelques jours des fêtes de fin d'année où la famille est au coeur des pensées, (qu'on lui rende visite ou non, que l'on soit en chaud ou en froid avec elle, qu'elle nous manque ou pas, qu'elle soit réunie ou séparée) ce livre qui décortique les relations familiales et présente des personnages que la vieillesse désinhibe complètement, est bouleversant.

Ce qu'il y a de pire au sein de chaque être humain fait ici surface et c'est monstrueux. Il n'y a plus aucune retenue, plus aucun rempart, c'est abominablement cruel et sans pitié. Ça fait froid dans le dos. 

Attention, attention, attention durant les rencontres familiales à venir sous peu, attention aux petites phrases assassines et aux règlements de comptes « bien mérités ». Ce n'est pas « rien ». Ça peut faire énormément de dommages.


Remarque, quand je conseille de ne pas lire ce livre pendant les fêtes, après tout, c'est à chacun d'y voir. En effet, si l'on pense avoir une famille « horrible », lire ce livre permet de relativiser bien des choses.  

À souligner : la structure absolument remarquable du bouquin qui monte crescendo pour s'achever dans un silence atterré.

Saperlipopette, pour une dernière lecture de l'année, j'ai été gâtée !

Ce roman épistolaire me permet de participer une nouvelle fois au challenge de Blondie Madame :


Et le verbe mourir contenu dans le titre vient compléter la colonne MORT de ma troisième ligne du petit bac d'Enna :



samedi 16 décembre 2017

Questions de fin d'année

*Chanson de l'année ? Wherever is your heart de Brandi Carlile
*Album de l'année ? The firewatcher's daughter - Brandi Carlile
*Groupe musical préféré que vous avez commencé à écouter cette année ? Brandi Carlile

Mmmm, rien à ajouter! 😂


*Film de l'année ? In the mood for love de Wong Kar-Wai

Revoir ce film après plusieurs années et le trouver toujours aussi fascinant. Avoir envie de le revoir encore et encore.  


*Série télé de l'année ? Nashville

La bonne série au bon moment. Quand regarder une série aide à mieux profiter de la vie.


*Acteur préféré de l'année ? Daniel Day-Lewis

Regarder en ligne ses principales contributions et se dire qu'un tel talent est vraiment rare. Admirer le travail, l'implication, le souci du détail. Le remercier en moi-même de rappeler à chacune de ses apparitions ce qu'est véritablement le cinéma.


*Jeu de l'année ? Hearthstone

Le jeu en lui-même est extrêmement intéressant puisqu'il faut développer de multiples stratégies. Les graphismes sont également remarquables. Mais surtout, ce jeu me passionne, car j'y joue avec Théo et la complicité qui naît de ces échanges est belle et précieuse.



*Meilleur mois de cette année ? Juillet

Traverser le continent, découvrir la Colombie-Britannique, commencer un nouveau chapitre de vie. Se sentir tellement vivante!


*Une nouvelle amie rencontrée cette année ? Caroline

Reconnaître dans une foule (de figurants) que cette personne-là partage les mêmes valeurs que nous et constater à chaque nouvelle rencontre (virtuelle ou pas) que l'on ne s'est pas trompée.


*Livre préféré de l'année ? Etta and Otto and Russell and James by Emma Hooper

Le bon livre au bon moment. Coïncidences et clins d'oeil assortis d'une belle écriture. Un livre associé à un moment important de mon année. Tout est lié!  



*Quelque chose appris cette année ? 

Que la quarantaine, loin d'être un « tournant vers la dernière ligne droite » est le commencement d'une « seconde » vie tout aussi savoureuse que la précédente... et peut-être même plus !

Ma contribution à ce panneau croisé lors d'une marche en forêt est le petit « being here »
*Lieu préféré visité cette année ? 

White Roooooock! 




jeudi 7 décembre 2017

Le temps qui passe

Les années qui s'accumulent sont au coeur du livre de Frédérique Martin que je lis actuellement.


Joseph et Zika, après des années de vie commune, sont séparés. L'un part chez leur fils, l'autre chez leur fille. Ils s'écrivent, se racontent, se souviennent, s'accompagnent, continuent de s'aimer. 

Au fil de ma lecture, je passe par différentes émotions allant d'une forme d'ennui parfois (devant certains détails relatés) à une véritable émotion (face à une tendresse pure et sincère) en passant aussi par des moments-miroir où je me questionne sur ma propre relation au temps qui passe. 

Quel sentiment l'emportera en fin de lecture? On verra.

D'ici là, puisque le temps file et que l'on parle déjà de noël et d'une nouvelle année toute neuve, un petit bla-bla s'impose.

Avant toute autre chose, je veux souhaiter à chacune et chacun d'entre vous toute la paix possible dans un monde parfois effrayant de violence, mais malgré tout rempli d'espoir comme le chante si bien Kyshona.


Et comme le temps va filer encore plus vite pendant cette période de fêtes, je veux aussi vous faire part dès maintenant du renouvellement de ma participation au challenge d'Enna en 2018. Pour cette nouvelle édition du Petit Bac, les catégories ont un peu changé. Les voici, assorties de mes prévisions de lecture : 

PRÉNOM

Terry - The Life of Canadian Terry Fox by Douglas Coupland

LIEU


ANIMAL

The dogs of Babel by Carolyn Parkhurst

OBJET

Letter from Peking by Pearl Buck

COULEUR

L'année noire  d'Ismaïl Kadaré

TRANSPORT/DÉPLACEMENT


TEMPS

Summer de Monica Sabolo

TITRE D'UN SEUL MOT


MOT POSITIF

Les vacances  de Julie Wolkenstein

ART

Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke


C'est tout pour tout de suite ! 

Take care !

❤❤❤❤❤



  




mardi 28 novembre 2017

Évasion

Je ne sais plus trop pourquoi je voulais lire ce livre de Marie Nimier, La plage. Je crois que c'est simplement parce qu'il m'intriguait et... en effet, c'est un livre un peu intriguant. 


Si j'avais écrit ce billet au milieu de ma lecture, j'aurais parlé de la mer, du vent, de Lullaby de J.M. Le Clézio, des sentiments à fleur de peau, des sensations décrites avec minutie permettant l'évasion du lecteur. C'est d'ailleurs à ce moment-là que j'ai choisi le titre de cette publication.

Puis, il y a la rencontre qui a lieu sur cette fameuse plage : l'appréhension, l'attirance, la fusion, la séparation des êtres. Et là, on change de registre, on quitte l'hyper réalisme poétique pour laisser place à une sorte de surréalisme enchanté où les mots ont des couleurs, la nature un goût de sperme et où les enfants se demandent pourquoi les boucs sont émissaires.

Intriguant, oui, voici le mot qui me revient en tête en repensant à ce livre. Déroutant convient aussi. Mais beau! Sublime même. Comme une image de Mikhail Batrak.

©Mikhail Batrak

Je n'ai pas changé le titre de mon article, car sous des aspects différents, l'évasion reste le maître-mot de ce roman de Marie Nimier : s'évader du quotidien, s'enfuir, oublier quelques temps les responsabilités, ne plus se soucier de rien si ce n'est de l'instant présent. 

Dans la vraie vie aussi, ces moments d'évasion sont précieux. 

Je passe les miens à White Rock où j'avais pour l'occasion emporté Marie Nimier et ses trois personnages (l'inconnue, le colosse et la petite) pour une lecture que j'imaginais pluvieuse et venteuse et qui s'est avérée douce et ensoleillée en ce mois de novembre !


Avant de vous quitter sur d'autres fabuleuses images de MA plage 😉, j'ajoute cette lecture à ma TROISIÈME ligne, colonne LIEU, du:




Et donc, juste pour le plaisir de s'évader encore un peu dans ce merveilleux lieu qu'est White Rock, voici :

Les hippocampes qui accueillent les visiteurs 



Les sourires que nous font les roches


Et les mouettes songeuses avec qui l'on voudrait pouvoir s'envoler juste pour, comme elles, se laisser porter par le vent. 


dimanche 12 novembre 2017

Rendez-vous manqué

Colette et moi, ça n'a pas vraiment fonctionné. Ce n'était sans doute pas un bon moment dans ma vie de lectrice pour me plonger dans le journal de Claudine qui nous conte sa dernière année à l'école de sa petite ville.

Je n'ai rien de bien précis à reprocher à ce livre qui se lit facilement, mais je n'y ai pas non plus trouvé d'intérêt particulier, hormis le fait des multiples détails minutieusement décrits par l'auteur sur cette époque charnière de la fin du 19ième siècle et début du 20ième.

Toilettes, habitudes, mobilier, traditions, patois local, tout est sujet à décrire un monde qu'il est agréable de découvrir, mais plus à la manière d'un documentaire que d'un véritable roman.

C'est peut-être ce qui m'a empêchée de savourer pleinement ma lecture : un malentendu. J'attendais un roman sulfureux là où j'ai trouvé un journal de jeune fille, aux allures certes un peu dévergondée, mais finalement bien sage.


Tant pis ! Il y a pire que ça dans la vie ! Meilleure chance la prochaine fois ! 😊

Et comme le challenge d'Enna n'exige pas que l'on apprécie les livres lus, ce titre me permet de compléter la colonne PRÉNOM de ma troisième ligne du


Ma prochaine lecture est entourée de mystère puisque je n'ai lu aucune critique sur le livre de Marie Nimier, juste un simple résumé qui m'a donné envie d'aller moi aussi me promener sur La plage.

(je profite de l'occasion pour (re)partager ici une image de MA plage, celle de White Rock bien sûr!)



dimanche 29 octobre 2017

Petite halte

Long time no see! Ainsi va la vie ! 😊

Je profite de cette journée off pour faire une petite pause, prendre des nouvelles, en donner, partager et papoter. Ces petits coins d'internet que l'on s'approprie sont autant de journaux plus ou moins intimes, de lounges où l'on vient se délasser, de conversations jadis téléphoniques que l'on poursuit ici... pour beaucoup moins cher!!!

Quoi de neuf, donc ?!?!

En lecture, je poursuis la lecture de Claudine à l'école de Colette.


Pour le moment (j'en suis à peu près à la moitié du livre), je suis un peu déçue. J'avais dans l'idée un roman hyper sulfureux, très cru et, pour le moment, il n'en est rien, c'est très «gentillet». Mais, j'imagine qu'à l'époque, oser parler ainsi d'homosexualité devait être une autre paire de manches. Cela m'amène à penser à la manière dont les moeurs ont évolué. Il reste certes un long chemin à parcourir en ce qui concerne les droits des homosexuels, mais lire un tel roman permet de constater que d'importantes avancées ont toutefois eu lieu et c'est une excellente nouvelle. 

Très récemment encore cependant, j'entendais ce discours absurde consistant à dire que l'homosexualité est « contre-nature » ! Je bondis à chaque fois que j'entends de telles niaiseries; l'homosexualité est partout présente dans la nature. 


Côté musique, j'explore ces temps-ci la musique country et je fais de bien belles découvertes en faisant tomber au passage quelques clichés sur cette culture des « cow-boys ».


             
             


Pour ce qui est de l'aspect visuel, j'aime m'évader cet automne dans l'univers de Yonat Katzir à qui j'ai acheté un tote bag après l'avoir découverte sur Etsy. Poésie, tendresse et nature forment sous ses plumes et ses pinceaux de bien belles images.


Et au travail, je viens de quitter tous ces gens-là avec qui nous avons tourné un film de George Erschbamer intitulé Muse

Si, si, cherchez bien, je suis sur la photo! 😊

Et je prépare désormais un film qui se déroulera dans le Brooklyn des années 40 : un paradis pour costumière !

Voili, voilou. C'est tout pour tout de suite. Je vous dis à très vite en vous souhaitant un merveilleux automne.

🎃🍁🍂🍁🍂🎃





samedi 16 septembre 2017

Cinéma, création et solidarité

Je manque cruellement de temps pour venir par ici ces temps-ci, mais c'est pour une bonne raison : je passe mes journées à CRÉER. Je le fais à différents niveaux et je retrouve ce feeling si délicieux de l'apparition de quelque chose là où il n'y avait rien.

Ma vie se déroule donc entre trois lieux : bureau, plateau, atelier et je vous parle de tout ceci, car dans l'un d'entre eux, j'ai besoin de votre soutien. 

Mais revenons tout d'abord à ces sensations qui sont difficiles à décrire, ce sentiment de faire partie d'un tout sans parvenir à le décrire véritablement puisqu'il est « in progress ». Faire partie de l'équipe « créative », travailler pour le cinéma, ce sont surtout des atmosphères, des moments magiques entrecoupés de périodes de stress intense mais éphémère... et on le sait ! (ça aide à gérer 😉)

Tout mon bla-bla ne pourra jamais vraiment décrire ce qui se passe véritablement dans l'atelier de costumes, sur le plateau ou dans le bureau de production, mais voici malgré tout quelques images de mon quotidien cinématographique.


Moments de doute...


Magic hour !


Essayages... dans les toilettes du studio... 


ou dans mon bureau ! 😊

Je disais plus haut avoir besoin de vous et voici pourquoi. L'un de mes projets va participer à un concours et doit récolter le maximum de votes. Cela n'engage à rien du tout, personne ne vous demandera d'argent à aucun moment, il suffit de voter pour le projet et c'est tout !

Le projet est une série de films qui sont autant d'adaptations de contes traditionnels dont l'action est transposée de nos jours afin d'aborder des thématiques ciblées : le harcèlement sexuel, l'extrême pauvreté, le crime organisé, ...

Le concours est entièrement en anglais et le titre du projet est donc TALE ME.



Il existe une page facebook si vous avez un compte et souhaitez en apprendre un peu plus. 


Sinon, le concours débute le 18 septembre sur la plateforme Storyhive et se termine le 22.  


Pendant 5 jours, notre petite équipe va tenter de contacter la terre entière pour demander aux gens de voter. 

Si vous pouvez aider d'une manière ou d'une autre en demandant à vos amis, votre famille, vos collègues de voter, en parlant du projet sur facebook, sur votre blogue, dans la rue, dans l'escalier, partout, partout, partout, ce sera magique... comme dans les contes. 😊

Et... ACTION !

samedi 2 septembre 2017

Bla-bla & Milena

Après mes deux précédentes lectures traitant de terrorisme et de nazisme, j'avais grand besoin d'une bouffée d'oxygène et d'un peu de fantaisie.

Comme, parallèlement, cela faisait une éterrrrrrrnité que je n'avais pas participé à mon troisième challenge, celui de Martine et de son beau voyage italien, 



un nom est apparu comme une évidence : Milena Angus ! 

J'avais dans ma liseuse le titre suivant : While the shark is sleeping. Le choix fut donc simple. 

Plus qu'un roman, ce livre s'est plutôt avéré être une galerie de portraits, ceux de personnages qui auraient très bien pu être une autre branche de la famille de la Comtesse de Ricotta ! 😊


J'ai aimé retrouver le ton faussement léger de Milena Angus, cette manière qu'a cette écrivaine d'aborder des sujets graves sous des airs un peu farfelus et par le biais de personnages empêtrés dans leurs propres rêves, mais prêts à tout pour continuer à savourer la vie. 


Transformer le toit abandonné d'une maison où chacun vient déposer des rebuts en merveilleux jardin, danser avec un bel homme même en sachant qu'il est totalement inaccessible, avoir des cartes postales des lieux que l'on souhaite visiter, jouer avec la vie, la mort, l'amour et se demander ce que Dieu peut bien penser de tout ça, voilà l'univers dans lequel nous convie Milena Angus et l'on s'y évade avec plaisir.   


Petit bémol toutefois concernant la relation sado-masochiste entretenue par l'adolescente/narratrice avec son « amant ». Même si cette relation a du sens au sein du livre, ce sont des descriptions dont je me serais passée. Ma lecture n'en aurait pas souffert, alors que cette jeune fille, elle, souffre. Comme on dit au Québec, cela venait un peu « casser le party » dans cette atmosphère bien particulière créée par l'auteur. Il se peut qu'il s'agisse d'une intolérance tout à fait personnelle à cette forme de sexualité, mais je souhaitais le signaler ici, pour celles qui seraient comme moi.   



Cette lecture me permet de poursuivre ma 3ième ligne du Petit Bac d'Enna en complétant la catégorie ANIMAL.




Parlant de cette troisième ligne, elle devrait ressembler à ceci :

Prénom
Claudine à l'école de Colette (pour tenter de combler une de mes nombreuses lacunes !)

Lieu
La plage de Marie Nimier (parce que ce livre m'intrigue...)

Couleur
L'année noire  d'Ismaïl Kadaré (pour tenter de combler une autre de mes nombreuses lacunes !)

Animal
While the shark is sleeping de Milena Angus

Objet
Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke (parce que c'est un de mes auteurs préférés)

Sport/Loisir
Danser les ombres de Laurent Gaudé (pour tenter de combler encore une autre de mes nombreuses lacunes !)

Personne connue
Terry - The Life of Canadian Terry Fox by Douglas Coupland (parce que j'ai découvert que je vivais dans la ville de Terry Fox !!!!)

Aliment/Boisson
Beignets de tomates vertes de Fannie Flagg (parce-que Aude/Blondie a beaucoup aimé)

Famille

Mort
Le vase où meurt cette verveine de Frédérique Martin (parce que ce titre revient souvent dans mes recherches pour différentes raisons et je voudrais bien savoir finalement de quoi il s'agit !)

Puisque mes passages par ici se font un peu rares ces temps-ci, je profite de l'occasion pour ajouter quelques photos de cette merveilleuse Colombie-Britannique où je vis désormais et dont je découvre un peu plus chaque jour les multiples charmes.

White Rock

White Rock


Vancouver

Après « Où est Charlie ? », voici « Où est JJ ? » 
😉 

Take care ! ❤